You are currently viewing Le Café de Madagascar : un élément essentiel de la vie et de la culture

Le Café de Madagascar : un élément essentiel de la vie et de la culture

Madagascar est un pays insulaire situé dans l’océan Indien. C’est aussi le quatrième plus grand pays insulaire du monde. Rompant avec le sous-continent indien il y a plus de 88 millions d’années, les plantes et les animaux ont pu évoluer dans un isolement relatif : plus de 90 % de sa faune et de sa flore ne se trouvent nulle part ailleurs sur terre.

L’une des autres choses que l’on est sûr de trouver là-bas (vous voyez où nous voulons en venir…) est le café. Pour les Malgaches, le café est un mode de vie, une véritable obsession nationale. Les Malgaches se consacrent à la production et à la consommation de la boisson caféinée préférée du monde.

Comment le café est-il arrivé à Madagascar ? Joue-t-il un rôle important dans la société ? Et quelles sont les caractéristiques uniques de leur culture du café ?

Une brève histoire du café de Madagascar

Le café a été introduit pour la première fois sur l’île voisine de Madagascar : La Réunion, anciennement connue sous le nom d’île Bourbon. Ce café provenait d’Éthiopie et a connu un certain succès avant de décliner rapidement. Comme tout agriculteur assidu, les créoles réunionnais ont emporté les plants à Madagascar et ont poursuivi la production de café sur place.

Cependant, les colons français sont arrivés à Madagascar en 1895 et ont rapidement pris le contrôle de la production de café. Les politiques coloniales ont fait du café le principal produit d’exportation de l’île dans les années 1930. Elles ont eu pour avantage de promouvoir involontairement la production des petits exploitants malgaches.

Mais un soulèvement en 1947 entre les Français, les créoles réunionnais et les nationalistes malgaches au sujet des ressources a conduit à l’un des épisodes les plus sanglants de l’histoire coloniale française. Le conflit entre ces deux camps opposés a laissé des cicatrices profondes dans la société malgache.

Madagascar a obtenu son indépendance en 1960 et, jusqu’aux années 1980, a été l’un des principaux exportateurs de café de l’île. Durant cette période, Madagascar était le huitième producteur mondial de café en volume.

Outre le café, des clous de girofle, de la vanille et du riz sont également exportés, la plupart de cette agriculture est de subsistance. Les agriculteurs cultivent principalement ce qu’ils peuvent pour nourrir leur famille et vendent le surplus sur les marchés locaux.

Le café lui-même

Le café cultivé à Madagascar a changé au fil du temps. Alors que l’on y cultivait principalement du robusta de qualité inférieure, la quantité de grains d’arabica de qualité supérieure a augmenté. Environ 90 % du café produit à Madagascar est toujours du robusta, mais l’arabica occupe désormais les 10 % restants.

Les grains de café robusta exportés de Madagascar sont désormais considérés comme étant de haute qualité. La majeure partie du robusta est exportée vers la France.

Le robusta est cultivé dans les zones tropicales du pays à des altitudes de 100-300m sur la côte est dans la région de Vatovavy-Fitovivany, Antalaha, Tamatave également sur Nosy Be, au nord-ouest près d’Ambanja et près du fleuve Sambirano.

L’arabica est cultivé à des altitudes plus élevées sur les hauts plateaux du centre, dans la province d’Antananarivo et près du lac Alaotra.

La production du café

Les petites exploitations familiales dominent la scène à Madagascar. Ces agriculteurs consacrent le temps et les efforts nécessaires pour garantir un bon produit. Les cerises de café sont cueillies à la main avant d’être lavées et séchées au soleil.

La plupart des cultures ici, y compris le café, sont produites de manière biologique comme elles le sont depuis des centaines d’années, mais sans certification. En mélangeant les cultures et en s’appuyant sur des engrais naturels et sauvages, ces agriculteurs veillent à ce que le café soit cultivé de la manière la plus saine possible. Ils encouragent ainsi la biodiversité et l’utilisation continue de moyens de lutte contre les parasites sauvages, afin de minimiser l’altération de l’environnement naturel.

Lire aussi  Le café instantané est-il mauvais pour la santé ?

Le succès de Madagascar dans l’exportation d’autres cultures de haute qualité, comme la vanille, a suscité l’optimisme quant au fait que leurs grains d’arabica feront une impression sur le marché international du café de spécialité. En 2017, Madagascar a exporté 1 600 tonnes de vanille préparée, pour une valeur de plus de 680 millions de dollars, souhaitons que le café atteigne un jour ces chiffres !

L’Agence américaine pour le développement international (USAID) a travaillé d’arrache-pied pour apporter de l’aide aux cultivateurs de fèves robusta et arabica de Madagascar et promouvoir leurs succès.

De nouveaux centres de formation et de transformation ont été mis en place pour montrer les nouvelles techniques centrées sur la culture du café, la torréfaction des grains et les méthodes alternatives et durables de culture.

Une industrie unique (et des boîtes de lait condensé ?)

Si vous vous trouvez un jour dans le pays, une chose est sûre : vous n’aurez pas besoin de chercher longtemps pour trouver d’excellents grains de café vert. Ceux-ci sont vendus dans tout Madagascar sur les marchés où, traditionnellement, ils sont sortis de grands sacs avec des boîtes de lait concentré de 390g.

Oui… nous sommes d’accord que cela peut sembler une façon étrange de calculer une quantité de café, mais écoutez-nous. Le lait concentré est très populaire à Madagascar, ce qui signifie que l’on trouve ces boîtes de conserve partout. Tout le système d’achat du café sur ces marchés locaux est basé sur les dosettes.

Le café vert n’est pas le seul type de café vendu sur ces marchés : le café infusé est partout et constitue une source de revenus essentielle pour de nombreuses personnes à Madagascar. C’est particulièrement vrai pour les femmes : en Afrique subsaharienne, 51% de toutes les femmes qui travaillent en dehors de l’agriculture sont vendeuses.

Jouer un rôle important

Comme les Malgaches sont de grands amateurs de café, ces vendeurs ont un rôle essentiel à jouer, en particulier pour ceux qui ne peuvent pas se permettre de boire dans des cafés spécialisés. Ces stands improvisés se trouvent partout et sont toujours prêts quand il est temps de re-caféiner.

Mais il n’y a pas que le café que ces vendeurs proposent. Comme un grand nombre de personnes à Madagascar manquent de nourriture et de combustible pour cuisiner, beaucoup comptent sur ces vendeurs pour se nourrir. Les gâteaux de riz traditionnels servis en même temps que le café constituent une source de nourriture indispensable pour ces personnes.

Travailler comme vendeur est un travail exigeant et peu rémunérateur : les vendeurs gagnent rarement assez pour offrir une éducation stable à leurs enfants, se payer un logement de qualité ou des soins de santé. Néanmoins, ils sont essentiels pour les communautés locales de Madagascar, en fournissant le goût toujours important d’une tasse de café chaud.

Fièrement passionné

Les agriculteurs malgaches utilisent des méthodes traditionnelles pour produire un café d’excellente qualité dont ils savent qu’il sera apprécié pour son goût, tant sur les côtes malgaches qu’au-delà.

Ici, le café est plus qu’un simple remontant, c’est un mode de vie. Les Malgaches ne comptent pas seulement sur le café pour démarrer leur journée, mais beaucoup de leurs vies en dépendent également. C’est une culture essentielle qui fait depuis longtemps partie de l’histoire et de l’identité de Madagascar, et ce n’est pas près de changer.

Arrêtez les recherches, nous pensons avoir trouvé les plus grands fans du café.

Bon café à vous !

Laisser un commentaire