You are currently viewing Café aux excréments de Kopi Luwak : le café le plus cher du monde

Café aux excréments de Kopi Luwak : le café le plus cher du monde

Le café le plus cher du monde est fabriqué à partir de caca. Plus précisément, de grains de café prédigérés trouvés dans les excréments de la civette palmiste sauvage d’Indonésie.

La civette palmiste asiatique est un petit mammifère qui ressemble à un croisement entre un chat et un raton laveur. Cet animal nocturne mange des cerises de café qui sont ensuite collectées, nettoyées et transformées pour produire ce que l’on appelle le « café caca de chat » dans le monde occidental.

Cette méthode de traitement unique a fait du café civette l’un des cafés les plus recherchés au monde.

Quel est son prix ? Quel est son goût ? Et quelle est la vérité derrière l’industrie du café caca de chat ?

Nous allons examiner les dessous de cette nouveauté indonésienne.

Le pouvoir d’une bonne histoire

L’origine du café au caca de chat remonte au XVIIIe siècle, lorsque les Hollandais ont introduit la récolte du café en Indonésie. Les habitants n’avaient pas le droit de boire du café eux-mêmes puisqu’il était censé être exporté vers l’Europe.

Les Indonésiens ont dû faire preuve de créativité et ont donc commencé à collecter les excréments du chat civette sauvage qui parcourait la jungle la nuit à la recherche des meilleures cerises de café. La civette mange les cerises mais son estomac ne digère pas les grains qui peuvent être recueillis dans le caca.

Même si les grains recueillis dans les excréments du chat présentent des niveaux de contamination plus élevés, le café transformé peut être bu sans danger, sans aucune contamination due à l’E.coli ou à d’autres bactéries.

La civette est un mangeur difficile et ne sélectionne que les cerises les plus fines et les plus mûres. Il en résulte une qualité supérieure des grains. En même temps, le processus de digestion modifie la structure des protéines présentes dans le café. L’acidité est ainsi éliminée, ce qui rend le café plus doux en le débarrassant de son amertume. C’est pourquoi son goût est le plus souvent décrit comme étant doux et terreux.

Certains experts affirment toutefois que le manque d’acidité contribue au manque de saveur. L’acidité est un élément clé qui fait le café de spécialité. C’est ce qui le rend « brillant » et permet aux notes de fruitées et florales de se manifester.

Si le traitement du café par l’estomac de la civette est intéressant, l’industrie du café s’est massivement développée depuis le 18e siècle et le café de la troisième vague accorde beaucoup plus d’importance à l’approvisionnement des meilleurs grains et au perfectionnement de la méthode de traitement qu’un chat ne pourrait jamais le faire. La question se pose donc de savoir si la supériorité du café en crotte de chat est toujours d’actualité.

Transformer le caca en or

En effet, les histoires de transformation du café ne peuvent pas être plus originales que celle-ci, ce qui a créé une demande unique pour ce produit. Il n’est pas facile de se procurer du café de crottes de chat sauvage et la quantité que l’on est autorisé à apporter est limitée. La nouveauté de l’histoire et la difficulté d’approvisionnement entraînent un prix élevé.

Le Kopi Luwak, comme on l’appelle en Indonésie, a été introduit en Europe par Tony West dans les années 1990, un directeur de Taylors of Harrogate, et sa popularité a explosé depuis. Une tasse de ce café pré-digéré peut coûter jusqu’à 63 euros et 0,45kg de grains provenant des civettes varie de 83 à 500 euros.

Le Kopi Luwak a gagné en popularité à Bali et est aujourd’hui considéré comme une activité incontournable pour tous les touristes. Les habitants ont rapidement répondu à la demande et génèrent d’importants revenus en vendant du café aux crottes de chat et en proposant des visites de plantations promettant une expérience inoubliable. Mais comme 80 % du Kopi Luwak vendu de nos jours est un faux, la tasse de placebo touristique chaud est très chère.

Une controverse difficile à avaler

Traditionnellement, les civettes parcourent la jungle de Sumatra la nuit à la recherche de cerises de café mûres. Mais l’engouement pour l’histoire du café de caca de chat dans le monde occidental et son attrait pour les touristes ont monétisé toute l’industrie du café de civette.

En réalité, la quasi-totalité du Kopi Luwak est aujourd’hui produit en cage plutôt qu’à l’état sauvage, et malheureusement, les civettes vivent dans des conditions terribles. Elles sont enfermées dans de petits espaces couverts d’urine et d’excréments, sans eau en quantité suffisante, sans liberté de mouvement ni interaction avec d’autres civettes. Ces animaux nocturnes sont souvent exposés au bruit et à la circulation pendant la journée.

Lire aussi  Dosettes de café ESE : Tout ce que vous devez savoir

L’Oxford University Wildlife Conservation a examiné 16 plantations de café à Bali qui produisaient du café de civette et elles ont toutes échoué au test ainsi qu’aux exigences en matière de bien-être animal, ce qui signifie que la quasi-totalité du Kopi Luwak est produite dans ces terribles conditions. Cela rend le café caca difficile à avaler.

Graines de moins bonnes qualités

À l’état sauvage, la civette se nourrit de petits insectes, de reptiles, de fruits et de mangues, en plus des cerises de café. Lorsqu’elles sont mises en cage et exploitées pour le café, elles sont mal nourries et obligées de vivre uniquement avec des cerises de café au menu.

En outre, les agriculteurs donnent souvent aux civettes des grains de café vieux et de mauvaise qualité, ainsi que du Robusta au lieu de l’Arabica. Cela va bien sûr à l’encontre de l’objectif du Kopi Luwak, puisque la raison principale pour laquelle il est si spécial est que, dans la nature, la civette recherche les cerises de café les plus fines et les plus mûres.

café-caca-de-kopi-luwak

La demande de café aux crottes de chat a créé une opportunité commerciale pour les escrocs. Qu’est-ce qui est plus facile et moins coûteux que l’élevage de civettes ? Sauter cette étape et vendre du café ordinaire comme le fameux café au caca de chat. Comme mentionné précédemment, 80% du Kopi Luwak vendu est faux.

La quête de la durabilité

La nouvelle des terribles pratiques entourant le café au caca de chat a choqué le monde occidental plus que sa production unique. Peu après son introduction en Europe, sous la pression de World Animal Protection (WAP), de change.org et d’une campagne Facebook réussie « Kopi Luwak : Cut The Crap ! », les grands magasins ont cessé de vendre du Kopi Luwak, refusant de soutenir ces pratiques cruelles.

Le monde occidental a refusé d’autoriser ces conditions d’élevage horribles et le réseau d’agriculture durable (SAN) a complètement interdit les civettes en cage. Dans le but de trouver et de soutenir les exploitations produisant du café de civette durable, une initiative de certification indépendante a été lancée par la Specialty Coffee Association.

On peut se demander quelle est la différence entre ces efforts et les plantations de café de civette en cage qui restent répandues en Indonésie. Si certains cafés sont certifiés comme étant d’authentiques Kopi Luwak d’origine durable, il est difficile d’établir s’ils sont vraiment 100% sauvages.

Loin du café de spécialité

Une méthode de traitement intéressante n’est pas la seule chose qui se cache derrière ce trésor indonésien fabriqué par des civettes sauvages. Le café le plus cher du monde fait l’objet de nombreuses controverses.

La monétisation de ce café unique a ruiné tout ce qui le rendait supérieur. Puisque les civettes sont nourries de grains de mauvaise qualité au lieu de chercher les meilleures cerises dans la nature, la tasse de café qui en résulte n’a rien d’extraordinaire.

Certains experts affirment que le café le plus cher n’avait rien de spécial au départ. Il est vrai que la digestion élimine l’acidité et contribue à une tasse plus douce, mais elle limite également le profil de saveur.

Bien sûr, l’idée que votre café soit mangé par une civette sauvage indonésienne puis récolté dans ses excréments semble attrayante et unique, mais la vérité est que les normes actuelles de qualité des grains de café dans les cafés de spécialité sont encore plus élevées que celles de la civette.

Est-ce que ça vaut le coup d’essayer ?

Compte tenu de tous les faits et des controverses qui l’entourent, le café au caca de chat ressemble davantage à un piège à touristes qu’à un café de spécialité qui figurerait sur la liste des meilleurs cafés à essayer.

C’est peut-être le café le plus cher du monde, mais pas à cause de son goût. Le principal argument de vente du Kopi Luwak n’est pas son profil de saveur mais sa méthode de traitement unique. Et c’est un excellent exemple du pouvoir d’une bonne histoire et de la façon dont les Indonésiens ont réussi à transformer le caca en or. On va leur donner ça.

Seriez-vous prêt à payer plus de 40 euros pour une tasse de café faite d’excréments de chat ?

Cela pourrait valoir la peine d’essayer par pure curiosité, mais ce sont les problèmes de bien-être animal et le prix élevé qui rendraient la chose difficile à digérer, pas les crottes.

Bon café !

Laisser un commentaire